Quartier de North End

Holy Trinity Ukrainian Orthodox Metropolitan Cathedral

Petit tour dans le quartier dit « malfamé » de North End à Winnipeg.

Un dimanche de fin mars 2020

Depuis notre arrivée à Winnipeg, on ne cesse de nous répéter de ne pas nous rendre dans le Nord de Winnipeg, lieu dangereux au taux de criminalité le plus élevé de la ville. Lorsque l’on se renseigne sur Internet, rien n’encourage non plus à y aller.

Les premiers termes de recherches associés sont « Crime », « Bad area » and « Is safe? ».

Et voici, entre autre, ce que l’on peut trouver :

« Ceci est connu comme l’endroit le plus dangereux de Winnipeg en raison de son fort niveau de criminalité. Il peut y avoir des prostituées, des gangs et des trafiquants de drogue, selon le moment de votre visite. Les voyageurs déconseillent de venir ici seuls et de visiter uniquement pendant la journée. »

Et pourtant, ce quartier est aussi un puits de trésors artistiques, culturels et religieux. Connaissant Paris et ses vices, cela ne nous a pas fait peur. Nous avons pris la voiture et hop… en route pour 1 heure de visite (Nous avons été en plein milieu d’après-midi, sait-on jamais…).

Un peu d’histoire

La communauté de North End est fortement influencée par son passé. 

Historic North End de Winnipeg. 
Photo du Winnipeg Tribune 

Après 1896, un grand nombre d’immigrants d’Europe de l’Est est arrivé à Winnipeg et s’est installé dans le North End. C’était une zone pauvre et surpeuplée. Il y avait plus de 20 personnes par maison et celles-ci n’étaient pas reliées à l’approvisionnement en eau. Cela faisait de la région un endroit parfait pour la propagation des maladies. De nombreuses personnes occupaient des emplois saisonniers dans les exploitations agricoles ou dans la construction ferroviaire à des salaires excessivement bas. En fait, ils gagnaient moins de la moitié de ce qui était nécessaire pour un niveau de vie normal. Non seulement le North End était séparé économiquement de la ville, mais aussi physiquement par les chantiers du CFPC (Chemin de Fer Pacifique Canadien). Les habitants de la région ont également fait face à l’antisémitisme.

Après la Seconde Guerre Mondiale, un grand nombre de résidents de North End qui pouvaient se le permettre ont déménagé dans les nouvelles banlieues de Winnipeg. Les entreprises et les organisations culturelles ont suivi, la vie économique et culturelle de North End s’est effondrée. Les prix des logements ont donc chuté.

C’est à ce moment que les Autochtones ont commencé à migrer vers les villes de l’Ouest canadien, et en particulier vers Winnipeg (Winnipeg recense la plus importante population autochtone urbaine au Canada). Beaucoup d’Autochtones attirés par les logements locatifs bon marché ont emménagé à North End. À leur arrivée, ils étaient généralement mal préparés à la vie urbaine moderne, résultat d’un siècle de marginalisation, de colonisation et des dégâts infligés par les pensionnats. Ils sont malheureusement arrivés juste au moment où les bons emplois partaient en banlieue ou à l’extérieur de Winnipeg. Et à leur arrivée, ils ont à leur tour fait face à un mur de racisme et d’exclusion.

Aujourd’hui, rien n’a changé. North End abrite une pauvreté profonde et généralisée où les problèmes de violence de gangs n’ont fait qu’augmenter. Beaucoup à Winnipeg ne s’aventurent pas ici et la plupart ignorent qu’à North End, il en a toujours été ainsi.

Notre expérience

Bon d’accord je l’admets, dès qu’on met les pieds à North End, on le sait… Quelques personnes errantes, extrême pauvreté présente, des hôtels miteux où des dizaines de personnes entrent et sortent, salubrité ambiante, immeubles abandonnés, usines désaffectées…. On dirait que tout est à l’abandon et pourtant plein de vie…

Mais ce qui me marque encore plus, c’est cette couleur. On veut déjà s’arrêter à chaque coin de rue pour photographier les nombreux tags et peintures qui ornent la plupart des murs.

Certes, je ne conseille pas d’aller vagabonder seul dans les rues de North End. Même si nous n’avons fait aucune mauvaise rencontre, les gangs et la violence restent une réalité présente au quotidien pour les habitants du quartier. Toutefois, je pense que la surmédiatisation de la criminalité en fait de fait un endroit peu fréquentable. Au fond il y a juste une communauté désespérée qui ne demande qu’a être écoutée et soutenue pour se créer un avenir meilleur.

Sources :
https://www.smartertravel.com/safety-winnipeg-winnipeg-warnings-dangers/
https://canadiandimension.com/articles/view/winnipegs-north-end
http://uniter.ca/view/crime-and-safety-in-winnipeg
http://heritagewinnipeg.blogspot.com/2015/08/winnipegs-north-end-and-community.html

3 commentaires sur « Quartier de North End »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :